Secrétaire général Département de l’intérieur, de la mobilité et de l’environnement – DIME Compagnon de l’Académie du Cep

Témoignages

de membres de l’Académie

Philippe Matthey

«Dans le cadre de mes fonctions de secrétaire général de département chargé notamment de l’agriculture et donc de la viticulture, j’ai eu l’occasion à de nombreuses reprises de côtoyer l’Académie du Cep et ses membres. C’était en particulier à l’occasion de la Fête des vendanges de Russin ou de la cérémonie traditionnelle de la Vigne des Nations, qui remercie chaque année une organisation internationale à Genève en lui remettant une cuvée spéciale issue des vignes du domaine de l’Etat. J’ai ainsi été particulièrement honoré lorsque Jacques Jeannerat et Patrice Plojoux

m’ont fait l’amitié de bien vouloir me parrainer. C’est la qualité des rapports humains qui me séduit particulièrement dans l’Académie et la diversité des parcours humains des uns et des autres. J’ai été très touché par le sérieux du cérémonial de mon intronisation ainsi que par le soin apporté non seulement à goûter d’excellents vins genevois au repas qui a suivi, mais aussi l’intérêt tout aussi marqué des membres
 pour les plats du
 terroir qui les accompagnaient. Mon grand-père était vigneron dans le canton de Neuchâtel, sur les coteaux de Bevaix. J’ai fait mes premières vendanges à ses côtés, à cinq ans. J’ai ainsi timidement appris à connaître dans un premier temps les qualités diverses du moût et du jus de raisin, avant d’être admis à apprécier plus largement les produits de la vigne. Aujourd’hui, je me situe simplement comme amateur du vin dans toutes ses diversités.
Je suis à la fois un amateur curieux et conservateur dans mes goûts: l’intérêt toujours renouvelé de découvrir de nouveaux produits et dans le même temps j’en apprécie aussi les valeurs traditionnelles. J’aime tout d’abord le gamaret-garanoir. Et le nouveau pétillant Blanc Noir du domaine de la République que je vous recommande. Parmi mes grands souvenirs, j’ai un jour, en Valais, bu un vin provenant de la table pontificale...»